conserves, je ne sais pas pourquoi je continue à aller voir dans ce rayon. Rayon conserve, faux plafond déprimant - c’est vrai quoi c’est déprimant les faux plafonds… Et qu’est ce que j’en ai à foutre qu’elle sache pas pourquoi elle devrait s’arrêter de l’aimer. Et d’ailleurs il y en a qui souffrent. Il y en a qui viennent de se faire larguer en vrai. J’emmerde Intermarché. Enfin comme d’habitude c’est le contraire, c’est l’insulte qui fait du bien en bouche, c’est tout.

La justice, c’est l’injustice. C’est pareil. C’est une question de proportions. De tension, de flexibilité de l’in. De contraction. Grimaces faciales qu’on imagine facilement avec des programmes informatiques de génération de grimaces faciales mais qu’on préfèrerait surprenantes sur une femme de tenue. Vous comprenez?

- Poussez, madame, c'est un garçon.

J’avais relu ça dans mon carnet sur une plage des Mammelles près de Dakar, en pleine déprime.

Oh Spike Millighan, génie des génies de l’humour anglais. Un hymne à la gloire de la vie. Mais lui aussi il l’a connue la dépression.
Spike Millighan rencontre Winston Churchill pendant la guerre.
- Vous faites quoi dans la vie ? demande Churchill.
- Je fais de mon mieux, Millighan répond.
- Par les temps qui courent, j’ai bien peur que ça ne soit pas suffisant…
Plus tard, il rencontre le Prince de Galles lors d’une cérémonie.
- Hello Spike, dit Prince Charles, pas très formel pour l’occasion, pour faire cool.
- Hello, Prince Charles, lui répond Spike Millighan, pas très formel non plus vu que le Prince n’a pas jugé nécessaire de l’être avec lui.
Sa Majesté lui remet une décoration et Millighan lui demande :
- Est-ce que vous saviez qu’il n’y a pas de blanchisserie à sec au Pérou ?

 

C’est un concert au Royal Festival Hall de Londres.
Le compositeur est un compositeur est un compositeur. C’est vrai c’est un peu difficile d’être compositeur de musique contemporaine en 1999, mais c’est comme ça, ça fait partie de notre culture, subsidizied.
La bière est servie dans des pintes en plastique. Ça mange des chips. Ça en mange tellement partout qu’on se demande si c’est pas les chips qui mangent les gens.

- I really enjoyed it, dit-elle son boyfriend.
Elle aussi, elle trouve que le concert est lovely. Elle réajuste son tee-shirt ample. Parce que le tissu se prend dans les bourrelets. Elle sourit. Elle est grosse.

​Pendant ce temps, j’écoute "La messe des pauvres" de Erik Satie.
- Erik ça tue dit Bébert.

- I can’t stop loving you and why should I?
C’est la voix de l’Intermarché d’une petite rue parisienne. Sa bande son. Et ça bande, ça croyez-moi, ça bande son. Ça hurle dans les baffles du faux plafond. Moi qui déteste les


 

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/4
C’EST UNE JOURNÉE ENSOLEILLÉE, À DUBLIN, APRÈS UN MATCH OÙ L’IRLANDE A GAGNÉ,
UN AMI DE SAMUEL BECKETT LUI DEMANDE : " ON N’EST PAS BIEN, LÀ ? "
" BIEN ? JE N’IRAIS PAS JUSQUE LÀ..." lui répond-il.